Editions illustrées

Par rapport aux photoreportages, l’œuvre illustré de Roud apparaît restreint, certes, mais il est significatif. Auberjonois offre un portrait lithographique du poète en frontispice de Feuillets en 1929 ainsi que dans l’édition d’Adieu en 1944. Le relais est pris par Gérard de Palézieux, qui devient l’« illustrateur » presque attitré de Roud avec Etoile en 1952, suivi par diverses éditions, pour la plupart posthumes, comme Ici ce conte, en 1997. Entre deux, en 1949, Roud dispose ses photographies (encollées) dans son volume Haut-Jorat. Il ne s’agit pas d’une « illustration », au sens usuel du terme, mais d’une œuvre qui associe intimement les deux arts, de manière complémentaire et autonome.

Gustave Roud, René Auberjonois : portrait dessiné de Gustave Roud, 1935-1955, Fonds photographique Gustave Roud, BCU/Lausanne.