Roud a parfois collaboré avec des artistes pour des livres édités en volume : René Auberjonois a réalisé des portraits en frontispice et Gérard de Palézieux quelques gravures. Mais son œuvre illustrée devient vraiment significative lorsqu’on ajoute les écrits parus dans les journaux et les périodiques. Aux textes confiés à la presse, Roud joint volontiers, et quand il le peut en couleur, des photographies étroitement liées aux proses auxquelles elles renvoient. Il rédige alors les légendes, choisies dans le texte ainsi mis en évidence, et privilégie les portraits de ses amis paysans, ou les paysages du Jorat, qui forment le socle de son œuvre. En outre, Roud a publié un volume faisant dialoguer ses photographies et son écriture : c’est Haut-Jorat, en 1949, qui associe intimement les deux arts, de manière complémentaire et autonome.

Gustave Roud, René Auberjonois : portrait dessiné de Gustave Roud, 1935-1955, Fonds photographique Gustave Roud, BCU/Lausanne.